Vodka et safran «made in Troinex»

AgricultureL’institution Trajets mise sur des produits bio et du terroir. Et s’ouvre au public.

De g. à dr., Fabien Fogal, Alexandra Larequi et Michel Pluss, de la Fondation Trajets

De g. à dr., Fabien Fogal, Alexandra Larequi et Michel Pluss, de la Fondation Trajets Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Elle est là, comme un fanion peint aux couleurs de la République. Au cœur des terres exploitées à Troinex par Trajets, une des associations genevoises axées sur l’intégration sociale et professionnelle de personnes vivant avec des difficultés psychiques, cette roulotte gitane intrigue. Elle marque désormais la volonté de cette fondation d’ouvrir davantage au public ses activités agricoles.

Ces jours, les responsables de Trajets travaillent d’arrache-pied pour décrocher la certification bio décernée par Le Bourgeon à plus de 6000 entreprises agricoles de Suisse. À Troinex, le choix a été fait depuis longtemps de bannir les pesticides, et de préférer les insectes carnivores, de la tenace coccinelle à la terrible microguêpe. Dès le mois de mai, les «Jardins de Troinex» seront aussi ouverts au public, le samedi matin. «Notre objectif n’est pas uniquement d’écouler notre production. Nous voulons proposer des petites activités aux familles, les initier à la self cueillette et leur expliquer nos manières de cultiver les légumes, souligne Fabien Fogal. Les gens cherchent à retrouver le goût des aliments.»

Sur les 100 légumes différents cultivés à Genève, Trajets en propose 75. «Parmi ceux qui sont le plus demandés, la tomate, le safran, le radis et les côtes de bettes. Mais aussi des légumes moins connus, comme le panais ou le colrave, la pastèque, des légumes japonais et des plantes aromatiques», détaille Fabien Fogal, gérant des activités maraîchage et paysagisme de Trajets.

Sans oublier les pommes de terre. Des flacons fantaisie d’une contenance d’un décilitre de vodka, en édition limitée, ont été inclus l’an dernier dans un panier destiné aux participants à une soirée philanthropique de soutien à la fondation. «En préparant cette soirée, nous voulions que figure dans ce panier quelque chose qui sorte de l’ordinaire, raconte Fabien Fogal. Mais, je me suis aperçu qu’il ne nous restait que des pommes de terre…» Sa collaboratrice, Alexandra Larequi, lâche alors: «Et si nous faisions de la vodka?» L’idée est âprement discutée, car certains collaborateurs auxiliaires sont notamment à Trajets à cause de dépendances à l’alcool. «Mais, j’ai finalement validé l’idée: pourquoi devait-on forcément lier une chose avec l’autre», précise Michel Pluss, directeur de Trajets.

René Wanner, qui exploite la distillerie de Saconnex d’Arve, l’a confectionné pour la fondation. Quelque 800 kilos de patates ont été nécessaires pour fabriquer 100 litres de vodka, sous le label Les patates de Troinex. Le breuvage est bon. Il sent la noisette. Russes, Polonais et Finlandais peuvent toujours s’aligner… À la présidence de la fondation, le relais vient aussi d’être passé, de Pierre-Yves Tapponnier, qui sera chargé de la gestion du futur immeuble qui sera construit à Plan-les-Ouates pour regrouper cinq fondations d’aide à la réinsertion professionnelle, à Ghislaine Jacquemin. Et quels objectifs se donne la nouvelle présidente? Cette ancienne cheffe des ressources humaines d’une industrie employant 280 personnes entend «poursuivre des voies innovantes dans l’accompagnement pour l’insertion des personnes souffrantes de troubles psychiques avec des professionnels formés et motivés en prenant soin de ne pas nous mettre en péril financièrement».

Cette actuelle directrice adjointe de la Haute École de gestion cite notamment le projet de déménagement d’une partie de Trajets à Plan-les-Ouates. Cette fondation y rejoindra les institutions Pro, Partage, Clair Bois, ainsi que le Centre social protestant. Les ressources de ces cinq entités seront ainsi mutualisées. «Trajets est aujourd’hui à un virage et à un point de réflexion où le côté ressources humaines est fondamental et sera la clef de succès de tous les chantiers en cours», conclut Ghislaine Jacquemin. (TDG)

Créé: 13.02.2018, 19h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Affaire Maudet: nouvelle révélation
Plus...